Papiers du capitaine Camille-Papin Tissot (1868-1917)

Notice créée le 15/09/2017

Collection : Institut de France. Bibliothèque

Titre : Papiers du capitaine Camille-Papin Tissot (1868-1917)
Description :
Recommandé par son père, Camille Tissot entre à l'École navale, à Brest en 1884, il n’est alors âgé que de 16 ans.
Il fait ses classes sur le navire école Le Borda jusqu’en 1886. Il est ensuite affecté au port de Brest.
Dans les premières années de sa carrière dans la marine, il voyage beaucoup puisqu’en 1887 il embarque successivement sur le navire-école Iphigénie, sur le Nive, sur le Bretagne, sur le Magellan, puis en 1888, sur le cuirassé Océan. Camille Tissot gardera un bel album photo souvenir de ses différentes expéditions et de ses expériences maritimes.
En 1890, il embarque sur le croiseur à barbettes Primauguet, puis sur le Calédonien ; pour finir il est affecté sur le croiseur Coetlogon, duquel il met définitivement sac à terre le 23 janvier 1891. Sur proposition de sa hiérarchie, et volontaire pour ce poste, il accepte d’occuper provisoirement une des chaires de physique et chimie de l'École navale, rendue vacante par l'absence de son titulaire.
Il restera en fait 21 ans professeur à l'École navale.
La passion des sciences lui ayant été transmise par son père, il obtient sans effort les grades de licencié ès-sciences physiques et licencié ès-sciences mathématiques pendant son service actif. C’est aussi en qualité d'officier professeur à l'École navale qu'il se consacre à l'étude des oscillations électriques et de leur application dans le domaine maritime, il fait d'ailleurs participer ses élèves-officiers à ses expérimentations.
Son côté passionné et quelque peu original lui vaut une caricature en ombre baille que l’on peut admirer aujourd’hui encore sur les murs du hall tradition du musée de l’École navale.
Il a écrit trois ouvrages très détaillés et clairs :
  • Mémoire de thèse de doctorat sur la résonance des antennes (1905).
  • Traité sur les oscillations électriques (1906)
  • Manuel de TSF théorique et pratique (1912), réédité jusqu’en 1932 (6e édition).

Il est aussi l’auteur de nombreux articles de vulgarisation de la TSF dans des revues scientifiques internationales, et donnera de très nombreuses conférences sur le sujet.
Bien que n’en étant pas membre, il intervient régulièrement devant l’Académie des sciences, et certaines de ces interventions sont de véritables brevets d’invention. Il reçoit plusieurs prix et récompenses de cette Académie.
Ses travaux lui ont valu d’être appelé à participer au Comité de TSF scientifique, comité dont il fut l’un des membres les plus compétents et écoutés. Il était aussi membre de plusieurs autres sociétés scientifiques à travers le monde.
Il est incontestablement un des inventeurs de la TSF, oublié par l’histoire comme d’autres savants aussi désintéressés que lui, tel Eugène Ducretet ou bien encore Albert Turpain.

Contenu :

  • Cahiers d'expériences
  • Notes biographiques
  • Cours à l'École de Télégraphie sans fil
  • Travaux postérieurs à 1914
  • Correspondance et notes diverses
Producteur : Tissot, Camille Papin (1868-1917)
Historique de conservation : Don de Mme Tissot, 1920
Nom de l'institution détentrice : Institut de France. Bibliothèque
Type de documents :
Sujet : Télégraphie sans fil
Cote : Ms 2611-2635
Volumétrie :
Papier. 25 cahiers. 260 × 220 mm, les quatre derniers 350 × 200 mm. Cartonnés.
Langue des documents : français
Instrument de recherche :
Description des archives et manuscrits disponible sur CALAMES
Droits :
  • Conditions d'accès :
    Les chercheurs souhaitant être admis comme lecteurs doivent être présentés au directeur de la bibliothèque par deux membres de l'Institut.
  • Conditions d'utilisation :
    La publication de documents inédits est soumise à l'autorisation de la Commission des bibliothèques et archives de l'Institut de France.
Couverture : 1898-1917
Source : CALAMES et Wikipedia
Notice modifiée le 14/09/2018